Prévisions & Suivi en temps réel

Peut-on avoir un hiver froid ?

Cela n'aura échappé à personne, l'hiver 2022-2023 est dans la tête de tous et la crainte d'avoir un hiver froid n'a jamais été aussi importante. Notre économie est fragilisée et la crise énergétique pourrait ne pas tenir de longues périodes froides. Nous voyons dès à présent des articles fleurir sur un éventuel hiver froid sur la France. Plusieurs questions nous viennent : peut-on déjà prévoir ce qu'il va se passer durant cet hiver et plus simplement, peut-on le prévoir ? Une autre question découle également, peut-on encore avoir un hiver froid dans notre contexte de réchaufflement climatique ?

Définissons d'abord ce qu'est un hiver froid. C'est sans doute le point plus important pour répondre à cette question. Si l'on pose la question du derniver hiver froid à 1000 personnes, nous aurions probablement 1000 réponses différentes. Chacun répondra selon son ressenti et se souviendra d'un épisode de neige ou d'une période de gel durable sans pour autant être certain de la date. On peut facilement assimiler cela à "je me souviens en 1976, il y a eu une canicule remarquable" pour qu'au final, la température maximale de l'été 1976 soit de 34°C.

Photo de Montpellier fin février 2018

On pourrait penser à fin février 2018 où un épisode neigeux intense touche une partie de la région mais aussi à la dernière grosse vague de froid en février 2012. Mais peut-on parler de deux hivers froids ? Rappelons que l'hiver représente trois mois en climatologie (décembre, janvier, février). Décembre 2017 fut dans les moyennes de saison voire 0,5/1°C sous les moyennes. Janvier 2018 a été très doux avec plus de 3°C au-dessus et enfin février 2018 ressort environ 2°C sous les moyennes. Il en est de même pour l'hiver 2011-2012 avec un mois de décembre 2011 1,5/2°C au-dessus des moyennes tout comme janvier 2012 et avant un mois de février 3°C sous les moyennes.

En bref, nous souhaitons avant tout distinguer une vague de froid d'un hiver froid. C'est une différence importante. La vague de froid est définie selon des critères d'intensité et de durabilité. Pour autant, une vague de froid de deux semaines peut être précédée et suivie de semaines très douces, ce qui est d'ailleurs souvent le cas. Le ressenti et le souvenir retiendront le froid mais si nous tenons compte des trois mois hivernaux, l'hiver ne sera pas forcément froid dans sa globalité.

Carte : Météo-France

Le graphique ci-dessus représente les vagues de froid en France selon leur durée et leur intensité. On remarque celle de 2018 qui parait bien dérisoire. Celle de 2012 est bien plus notable mais cela n'a rien à voir avec 1956 ou 1963. Prenons l'exemple de l'hiver 1962-1963. Le mois de décembre termine 3°C sous les normes, janvier et février plus de 4°C sous les moyennes avec des journées sans dégel en plaines. Là oui, on peut parler d'hiver remarquablement froid avec un froid intense et durable. Cela peut-il encore arriver ?

La météo n'étant pas une science exacte, on ne peut jamais répondre un simple oui ou non. Pour autant, dans notre contexte actuel de réchaufflement climatique, avoir trois mois hivernaux successifs parait très peu probable ou alors cela se jouera à 0,5°C et non 3 ou 4°C comme en 1963. Il est encore possible d'avoir une vague de froid comme en 2012 mais les statistiques et notre climat actuel limitent cette probabilité avec une durée et une intensité a priori moins importantes.

Cartes : ECMWF / Tropicaltidbits

Concernant notre hiver 2022/2023, des inquiétudes montent en lien avec les tendances issues du modèle Européen ECMWF. En effet, sur le trimestre décembre/janvier/février, il fait ressortir une anomalie neutre concernant les températures. Ainsi, sur les trois mois, nous pourrions avoir des températures autour des moyennes de saison. Si on peut considérer cette tendance comme ordinaire, cela n'est pas arrivé depuis bien longtemps avec de nombreux hivers plus doux. Prudence toutefois, car le modèle CFS montre tout l'inverse avec une importante douceur sur toute l'Europe (ici le mois de décembre mais janvier et février sont similaires).

En conclusion de cet article, les vagues de froid sont de moins en moins nombreuses et de moins en moins intenses. Pour autant, il n'est pas impossible d'avoir une vague de froid sévère sur la France si le contexte est propice (fameux flux continental Moscou-Paris). De là à ce que le froid se maintienne sur l'ensemble de l'hiver, cela parait très peu probable voire impossible dans notre contexte de réchauffement. Sans parler d'hiver à la 1963 ou 1956, une vague de froid comme 2012 pourrait être bien alarmante concernant la crise énergétique que nous traversons et cela, il n'est pas possible de le prévoir pour le moment.

Partager sur